Le vrai édito de février 2015: finances, urbanisme…Où va Saint-Cloud ?

1er février 2015

Finances, urbanisme…Où va Saint-Cloud ?

Les impôts locaux sont calculés en multipliant une base (valeur locative des logements) par le taux d’imposition voté par le Conseil Municipal de chaque ville.

Les bases sont revalorisées chaque année par le Parlement, pour 2015, les impôts locaux  augmenteront donc déjà  a minima de 0,9% en 2015.

Etant donnée l’impasse financière annoncée par le Maire notamment dans son éditorial de Saint-Cloud Magazine de janvier, il est probable que cette hausse des bases ne sera pas suffisante, ce qui le conduirait à faire voter une hausse du taux des impôts pour 2015.

Il y a donc urgence. Pourtant le budget 2015 ne sera pas voté avant mars…2015 : sans attendre de connaître le montant précis au dernier centime des prélèvements et dotations de l’Etat, n’aurait-on pas pu réfléchir, proposer et mettre en œuvre des solutions (économies, mutualisations…) dès ce début d’année ? Dans ce contexte financier très tendu, nous nous interrogeons également sur l’investissement de 3,5 millions pour acquérir le 5 rue d’Orléans.

Le Maire a beau jeu de critiquer la hausse du prélèvement pour le fonds de péréquation Inter Communal, le FPIC, rendant le budget 2015 très difficile à établir : mais il faut tout de même rappeler que la mise en place et surtout la progression sur les années à venir de ce fonds a été votée par la précédente majorité à l’Assemblée Nationale en 2011, du temps du Gouvernement Fillon: une gestion avisée des finances communales aurait donc du permettre dès 2012 d’intégrer la progression de ces versements dans le budget de fonctionnement de la Commune (La gauche devenue majoritaire en 2012 ayant uniquement modifié les modalités de calcul du prélèvement en le basant sur la richesse moyenne de habitants, ce qui est certes encore plus défavorable à Saint-Cloud). « Gouverner c’est prévoir » dit-on…

En plus du stationnement payant, une des trouvailles de la Majorité Municipale est peut-être la délivrance à tout va de permis de construire pour de nouveaux immeubles, espérant de ces constructions une augmentation des ressources, impôts locaux et droits de mutation : l’objectif affiché est maintenant de 100 logements par an !

Il s’agit d’un mauvais calcul :

La taille des nouveaux programmes, rendue possible par la permissivité du PLU 2012, mécontente fortement et à raison les riverains, comme on l’a vu au dernier comité de quartier Pasteur Magenta.

L’identité de la ville est bafouée, ainsi par exemple la destruction inacceptable du bâtiment Napoléon III, emblématique de Saint-Cloud.

Enfin, l’augmentation importante du nombre d’habitants induira une saturation des infrastructures : crèches, écoles, lycée, conservatoire…Sans parler de la circulation: de Ville d’Avray jusqu’aux ponts de Saint-Cloud et de Suresnes, le coteau est déjà un grand embouteillage tous les matins entre 8 h et 10 heures. Dans ce contexte, l’impact de la sortie sur la rue Dailly des logements et du nouveau parking de 150 places qui remplaceront les locaux de l’ADAPT et sa belle maison Napoléon III a-t-il été sérieusement évalué ?

Vos élus Saint-Cloud C’est Vous

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.