Le vrai édito de mai 2018 : Avenir Vert ou ……Gris ? | Saint-Cloud C'est Vous

Edito mai 2018_image

« Quand ils auront coupé le dernier arbre, pollué le dernier ruisseau, pêché le dernier poisson, alors ils s’apercevront que l’argent ne se mange pas. »  Sitting Bull, chef Sioux

Depuis les années 60/70, l’Ile de France connaît un développement urbain sans précédent notamment autour des bassins d’emplois de La Défense et d’Issy les Moulineaux à l’Ouest.

Cette concentration urbaine de la mégalopole du Grand Paris la propulse parmi les plus denses du monde devant Shangaï, Londres, New-York, Berlin……et entraîne une cascade de conséquences dont nous subissons quotidiennement les effets négatifs.

Pollution, bruit, insécurité, chaleur étouffante l’été due au béton qui l’emmagasine, transports bondés, axes routiers saturés….

La ville de Saint-Cloud, au cœur des Hauts de Seine, n’a pas échappé à cette frénésie de construction d’habitats collectifs. Chantiers à ciel ouvert, très visibles sur les grands axes sacrifiés par le PLU, la ville se construit sur la ville. Ce PLU si complaisant pour les promoteurs et les vendeurs trop heureux des gains réalisés !

Une douzaine de programmes immobiliers en cours et à venir s’échelonne tout le long du boulevard de la République (7), de la rue du Mont Valérien (2), de la rue Dailly (2), Gounod (1), rue des Terres Fortes (1) ….

Pour le secteur d’aménagement de la Source ou le projet du futur marché de Montretout, quelle importance est accordée au respect de notre environnement vert ?

Alors que de nombreux scientifiques s’accordent pour alerter sur le recul alarmant, voire dramatique de la biodiversité, à l’instar de Nicolas Hulot, qui interpelle à l’Assemblée les députés, les élus continuent à livrer leurs villes aux promoteurs conduits par un seul objectif : le profit.

Or chaque arbre abattu, chaque jardin disparu, chaque terrain bitumé contribue à l’appauvrissement de nos espaces vitaux en condamnant à la disparition la faune et la flore pourtant si précieuses pour notre survie.

L’être humain a besoin de Nature, et le comportement des habitants des grandes villes démontre qu’ils ressentent ce besoin de plus en plus.

Force est de constater que les problématiques environnementales ont changé depuis ces décennies de construction à outrance et devraient faire réfléchir les élus décideurs….

Mais la plupart n’intègre pas dans leur politique urbanistique la préservation du patrimoine vert préférant grignoter un capital sans réelle vision d’avenir !

Alors qu’attendons-nous pour réagir ?!?!

Discussion - One Comment
  1. Fred

    Août 05, 2018  at 20 h 37 min

    Tout à fait d’accord.
    L’urbanisme de Saint Cloud semble tout droit sorti des années 70. L’écologie, le bien vivre sont littéralement pris comme des contraintes qu’il faut esquiver le plus possible. Et peu importe la qualité de vie des habitants .

    Un exemple parfait de cet état d’esprit est le programme à l’angle de la rue Prechez et du boulevard de la republique (en face de la station service). La maison entourée d’arbres a été remplacée par un cube de béton, aucun de beaux arbres rue Prechez n’a été conservé, le chantier est installé sur la voie publique , en configuration pollution maximum de poussières de ciment (d’ailleurs toxiques).

    Ce genre d’urbanisme , avec plus anecdotiquement les tailles massacres des tilleuls d’alignement ,contribue un peu mais surement au réchauffement de ce quartier.

    Répondre

Leave a Comment