Le vrai édito de Mai 2016 : Une jolie passerelle … | Saint-Cloud C'est Vous

edito2Qui n’a pas eu envie d’emprunter dès les beaux jours, la passerelle de l’Avre ?

Elle relie le quartier des Coteaux avec ses cerisiers en fleurs, ses maisons et ses petits jardins, mais aussi ses cafés et restaurants typiques, au Bois de Boulogne. Elle conduit en toute sécurité les enfants, les joggeurs, les promeneurs et les vélocipédistes vers ce havre de verdure, ce lieu de promenade et de délassement protégé, à l’usage des parisiens,  les habitants de la capitale la plus dense d’Europe, qui ont droit à 5 m²de verdure…

A quelques centaines de mètres un « beau projet » dont ni les Américains dans Central Park à New- York, ni les Londoniens dans Hyde Park à Londres, n’ont encore eu l’idée : un accueil de 200 personnes pour « SDF » et « familles en difficultés ».

C’est vrai, qui se soucie de nos SDF, qui dorment dans les entrées d’immeuble et les stations de métro ? On leur propose  des centres qu’ils refusent souvent car ils s’y font dépouiller et on n’y accepte pas leurs chiens. Il y a également des femmes qui travaillent et dorment dans la rue faute d’hébergement. Alors souhaite-t-on créer un centre pour les femmes seules en difficulté ? Il semblerait  que non.

Il s’agirait plutôt de recaser des populations venues de nombreux pays en guerre. Mais quelle que soit leur nationalité le lieu est mal choisi car impossible parce que cet espace boisé classé  est inconstructible. Véritable et indispensable poumon vert des parisiens et franciliens, réservoir de biodiversité, ce bois a été voulu, dessiné et de fait protégé pour la promenade publique et les loisirs de plein air.

Une pétition bien opportune, soutenant la Maire de Paris sur ce sujet, est initiée par une conseillère municipale de Saint Cloud d’une liste proclamée apolitique… Surprenant …Elle profite même de sa fonction d’élue pour militer en plein Conseil Municipal d’avril, plutôt que de se soucier des problématiques de budget de la ville.Montrer du doigt quelques habitants riverains, en les accusant de refuser la solidarité, le respect d’autrui, les valeurs d’accueil et de partage, flattent certains politiciens qui oublient que le problème est ailleurs.

Peu se sont offusqués lors de la construction  de la Fondation Vuitton, toujours sur un site classé et protégé, non conçu pour être bâti.

La soustraction d’une partie de ce bois, jusqu’alors ouvert à tous, est contraire à la vocation des Bois de Boulogne et Vincennes comme bien commun.

Ceci, la Maire de Paris s’en moque et passe outre.

 

Vos élus SCCV: Sophie Michaud, Elisabeth Calgaro, Lionel Pezet, Marlène Labatut – www.sccv.fr

Leave a Comment