« Le Parisien » du 29 avril 2015: Le maire de Saint-Cloud menace de préempter la caserne Sully | Saint-Cloud C'est Vous

Caserne Sully

Article du « Parisien » du 29 avril 2015: Le maire de Saint-Cloud menace de préempter la caserne Sully

«Ensemble immobilier de caractère, en limite du Parc de Saint-Cloud, proche des commerces, très bien desservi, vue imprenable sur la Seine…» L’annonce figure sur le site des Domaines, ces terrains que l’Etat souhaite mettre en vente. La caserne Sully, vide depuis le départ de la DGA (direction générale de l’armement) en 2007, va-t-elle enfin reprendre vie ? Un projet de reconversion traîne depuis des années (lire encadré), mené par le conseil départemental et la Ville de Saint-Cloud.

Le dossier semble se débloquer : une réunion interministérielle fin décembre a donné un avis favorable à la vente de la parcelle, soit 18 000m² : «L’Etat a confirmé l’intérêt de réaliser sur le site un projet global de valorisation qui serait porté par le département, une réunion sera organisée prochainement», indique-t-on au CD. Ce que confirment les services de l’Etat : «Des discussions sont en cours avec le conseil départemental et la mairie de Saint-Cloud», indique le préfet des Hauts-de-Seine, mobilisé pour faire avancer la vente. La Ville récupérerait les 2/3 de la parcelle. «L’objectif de l’Etat est qu’il y ait du logement social, précise Yann Jounot. Etudiant plutôt que familial, compte tenu des contraintes du site». Le prix (NDLR : en 2012, l’Etat demandait 22 M€) est encore en discussion : «Il ne pourra être fixé que lorsque l’on connaîtra le projet, et plus il sera social, moins l’Etat demandera cher…» insiste le préfet, qui assure aussi vouloir être «vigilant sur le projet architectural» : «Nous travaillons avec la DRAC et les Bâtiments historiques». Une certitude : le bâtiment principal sera préservé. De quoi rassurer les associations de défense du patrimoine ? Rien n’est moins sûr. Le Collectif Cœur de Seine a déposé des recours et réclame toujours le classement du site, partie intégrante, selon lui, du Domaine de Saint-Cloud.«Il serait dommage de le dénaturer en y construisant des logements sociaux, même étudiants, ou du tertiaire, proteste Frédéric Billet, le président de l’association Aimer vivre à Saint-Cloud. Nous allons être très vigilants».

Mais c’est un autre grain de sable qui est venu gripper la machine : «On s’était mis d’accord, mais il y a un seul petit problème : l’affaire de l’OIN sur l’hippodrome !» grince le maire (UMP) de Saint-Cloud, Eric Berdoati. L’enceinte hippique fait en effet partie des sites envisagés pour les «opérations d’intérêt national» de construction de logements dans le cadre du Grand Paris.

Vent debout contre ce projet, qui verrait quelque 6 000 logements édifiés sur le «poumon vert» de sa ville, l’élu a trouvé la parade : «Si l’Etat veut faire du logement, qu’il le fasse sur la caserne Sully !» Au risque de faire capoter un dossier sur lequel il s’était engagé aux côtés du département ? «Il y a plus d’urgence aujourd’hui pour du logement que pour les Archives», balaie l’élu. Qui n’en démord pas : «Si l’Etat maintient son projet sur l’hippodrome, la ville a toujours une arme pour se défendre», assure le maire, qui agite la menace d’une préemption du site de la caserne Sully. »

Notre commentaire: il est toujours très  agréable d’apprendre par voie de presse des opérations dont l’importance aurait justifié préalablement une présentation, si ce n’est un débat,  devant l’ensemble du Conseil Municipal… et la population, alors que les comités de quartier viennent de s’achever.

Nous reviendrons en détail sur l’histoire de la caserne Sully, mais rappelons déjà qu’elle fait partie intégrante du Domaine National de Saint-Cloud, site classé et monument historique.

De plus, son bâtiment principal Charles X, « en L »(cf photo illustrant cet article)  qui avait fait l’objet d’une demande de classement, doit absolument être sauvegardé dans son intégralité (et non pas uniquement la façade sur Seine) pour son intérêt historique et patrimonial.

Il  est bien évidemment nécessaire de trouver une utilisation à ce bâtiment (logements, hôtellerie, archives départementales…) avant qu’il ne se dégrade faute d’occupant, mais il faut également que ce soit dans le respect de son intégrité et de  son environnement.

Nous nous demandons enfin comment notre commune pourrait préempter ce site, alors que comme celà a été largement développé au dernier Conseil Municipal, les finances sont au plus bas.

Leave a Comment