« Le Parisien » du 1er mai 2015 : « Saint-Cloud : 400 personnes rassemblées pour la sauvegarde de l’hippodrome » | Saint-Cloud C'est Vous

Manif 1er mai St Cloud

 

Article du Parisien du 1er mai 2015 : « Saint-Cloud : 400 personnes rassemblées pour la sauvegarde de l’hippodrome »

Nous publions sur notre site l’article de Pascale Autran qui était présente hier à l’appel à la mobilisation des maires de Garches, Saint-Cloud, Rueil-Malmaison et Suresnes concernant la possible construction de 6000 logements envisagés par l’Etat sur le site de l’hippodrome de Saint-Cloud.

« En ce 1er mai pluvieux, ils sont près de 400 à s’être rassemblés dans le hall de l’hippodrome. Ces habitants de Saint-Cloud, de Garches et des villes voisines ont répondu à l’appel des élus qui protestent contre la construction de 6000 logements envisagés sur le site. L’Etat a beau marteler qu’il ne s’agit que d’un «simple projet» examiné parmi d’autres pour les opérations d’intérêt national (OIN) du Grand Paris, la fronde ne s’éteint pas.

La pétition lancée depuis deux mois a déjà recueilli 18000 signatures. «J’ai reçu hier une lettre du préfet qui assure que tout sera fait en concertation, mais nous, on n’en veut pas ici, c’est tout !» insiste Eric Berdoati, le maire (UMP) de Saint-Cloud, pour qui l’hippodrome «forge l’identité de la commune». Et de dénoncer un projet «incohérent», qui verrait la population de la ville augmenter de moitié. Rejoint par le maire (UMP) de Garches, Jacques Gauthier, inquiet lui aussi de ce nouvel afflux : «Pourquoi densifier une zone déjà dense ?» Même Jean-Pierre Fourcade, l’ancien maire de Saint-Cloud et Boulogne, est sorti de sa retraite pour encourager le combat, rappelant sa victoire contre un projet de centre commercial dans les années 70 : «Il faut se battre, continuez !» Aux côtés des élus, le propriétaire de l’hippodrome est formel : «France Galop ne souhaite céder aucun de ses sites, et encore moins Saint-Cloud», assure son président Bertrand Belinguer.

Dans la foule, les voisins de l’hippodrome sont venus défendre leur «poumon vert». Avec chacun son souci : «On vit ici, on respire ici !» soulignent Bayliss et Georges, qui refusent d’abandonner leur vue sur les champs de courses. «Ce projet risque de dévaloriser mon bien», reconnaît Jeanne, pragmatique. Martine, elle, s’inquiète de son impact au quotidien : «Je prends le train tous les jours à la gare du Val-d’Or, il y a déjà des problèmes alors avec 15 000 habitants en plus je ne sais pas comment on va faire !» soupire la quinquagénaire. Marie-Hélène est venue de Garches avec une grande pancarte «Non au béton» : «Mon souci à moi, c’est la circulation, déjà qu’on a des bouchons pour descendre vers le pont de Suresnes le matin, vous imaginez avec des milliers de voitures en plus !» « 

Notre commentaire : les élus SCCV soutiennent largement l’initiative des Maires de Garches, Saint-Cloud, Suresnes et Rueil-Malmaison qui appellent l’Etat à reconsidérer ce projet qui toutefois, rappelons-le, semble n’être pour l’instant qu’une hypothèse et/ou une option de travail  !

Leave a Comment