« Le Parisien » du 15 mars 2015: Saint-Cloud : les maires veulent sauver l’hippodrome | Saint-Cloud C'est Vous

Article du » Parisien » du 15 mars 2015 de Pascale Autran : Saint-Cloud : les maires veulent sauver l’hippodrome

 
1/2 rSaint-Cloud, samedi 14 mars. Les maires des villes voisines de l’hippodrome, alliés à son propriétaire, France Galop, se mobilisent contre le projet de l’Etat qui voudrait récupérer le site pour y construire des logements.éagir
 
Saint-Cloud, samedi 14 mars. Les maires des villes voisines de l’hippodrome, alliés à son propriétaire, France Galop, se mobilisent contre le projet de l’Etat qui voudrait récupérer le site pour y construire des logements. (LP/P.A.)

« Les maires ruent dans les brancards ! » La formule est de Christian Dupuy, l’édile (UMP) de Suresnes, qui retrouvait samedi après-midi ses voisins de Saint-Cloud, Rueil-Malmaison et Garches, tous vent debout contre l’Etat depuis qu’ils ont appris sa volonté d’utiliser le site de l’hippodrome pour y construire 6 000 logements.

Un simple projet, assure le ministère, qui doit encore faire l’objet d’une concertation « avec les élus et les acteurs concernés au sein des ateliers du Grand Paris ».

Pas suffisant pour calmer la colère des maires qui sonnent la mobilisation contre ce « coup de force ». Une virulence qui ne doit rien au contexte électoral, assurent-ils — deux d’entre eux sont candidats UMP aux départementales —, promettant d’attendre la fin du scrutin pour monter leur « comité d’action »… Mais une pétition a déjà été lancée, qui a récolté plus de 3700 signatures en deux jours. « C’est l’effervescence dans la ville », assure le maire UMP de Saint-Cloud, Eric Berdoati (lire ci-dessous). A Rueil, une banderole a été déployée sur l’hôtel de ville.

Le projet, déjà évoqué en octobre mais démenti à l’époque par les services de l’Etat, est réapparu fin février dans les fiches du ministère, qui prévoit une Opération d’intérêt national (OIN) sur l’hippodrome. 70 ha seraient concernés, 45 sur le territoire de Saint-Cloud, 25 côté Rueil. Un choix étonnant : « L’hippodrome est classé depuis 1998, et sept de ses bâtiments sont inscrits à l’inventaire des Monuments historiques », rappelle Eric Berdoati, qui a aussi protégé ce « poumon vert » dans son plan local d’urbanisme. « Mais avec l’OIN, l’Etat peut s’affranchir des règles locales », s’indigne l’élu.

« Inacceptable, indécent !», s’emporte Patrick Ollier, le député-maire UMP de Rueil. «Qu’est ce que c’est que cette fiche qui sort en catimini ? Et nous n’avons pas de leçons à recevoir en matière de logements ! » Et chacun d’énumérer les efforts déjà consentis, d’assurer dépasser le taux de logements sociaux prévus par la loi, ou tout faire pour s’en rapprocher. Pour Christian Dupuy, le secteur est déjà « le plus dense des Hauts-de-Seine ». « Et qui dit logements dit équipements publics, souligne le maire UMP de Garches, Jacques Gautier. Qui va payer ? »

Tout aussi remonté, le propriétaire du site, France Galop. Pour Bertrand Bélinguier, son président, pas question de se séparer de l’hippodrome, qui génère chaque année 300 millions de paris : « il estindispensable à notre activité ». Un site, rappelle le PDG, qui emploie plus de cent personnes avec toutes ses activités : ventes de chevaux, club, restaurant… Et même un golf, fréquenté par 1 200 membres et plus de 800 écoliers.

Les élus se préparent à tous les recours. Et Eric Berdoati de proposer une sortie de secours : « L’Etat est propriétaire à Saint-Cloud d’un site qu’il pourrait aménager, la caserne Sully ! »

(LP/Arnaud Journois)

Leave a Comment