Halte ! Le bâtiment « remarquable » Lescoeur en voie de destruction | Saint-Cloud C'est Vous

Maison Napoleon 2

Un permis de construire valant permis de démolir vient d’être accordé au 24-26 rue Dailly.

L’ensemble des bâtiments fera l’objet d’une démolition totale, le bâtiment dit Lescoeur, considéré comme remarquable selon le PLU de Saint Cloud, étant « reconstruit à l’identique » sur trois façades et la toiture.

Ce bâtiment dit Lescoeur ou Napoléon III, dont les façades et gabarits nord, ouest et sud sont désignés par l’article 7 du règlement du Plan local d’urbanisme comme des éléments du patrimoine bâti remarquable à protéger !

Les bâtiments sont la propriété de l’Adapt, depuis 1950, association qui jusqu’en novembre 2010, accueillait un centre de médecine et de rééducation des personnes handicapées.

la maison Napoléon III aurait été construite pour une amie de l’empereur, Miss Harriet Howard, femme du monde britannique, ayant soutenu financièrement celui-ci lors de sa campagne présidentielle en 1848.

Cette maison était aussi celle d’André Chevrillon, neveu de Taine, écrivain, anglophile, ami de Kipling, qu’il reçoit dans cette maison qu’il habite en famille, de 1906 à 1940.

Les allemands s’y installent ensuite pendant l’Occupation.

Parmi les amis et familiers de la rue Dailly, Rudyard Kipling était un assidu ainsi que John Galsworthy, T.S.Eliot, et Herbert Hoover, ex président des Etats-Unis, avant F.D.Roosevelt. Ainsi, à travers eux, André Chevrillon a su faire aimer notre ville à de nombreux anglais et américains.

Cette maison est une miraculée de notre histoire clodoaldienne :

Elle échappe à l’incendie de la ville par les prussiens en 1871, sans doute grâce à un drapeau anglais arboré devant le bâtiment, rescapée parmi les 23 du centre-ville ; elle évite les répercussions des bombardements de la dernière guerre, se maintient lors des constructions des grands ensembles immobiliers des années 60 et 70. Tout cela pour être démolie  en 2015 !

Cette maison est emblématique pour la ville de Saint Cloud, ville impériale, signalée aux entrées de ville, comme sa voisine Rueil-Malmaison, dernier témoin d’un passé glorieux.

Saint-Cloud, c’est Vous s’interroge :

Pourquoi, avoir accordé un permis, qui prévoit 72 logements en lieu et place de cette maison dont la démolition autorise aussi 5 niveaux de 146 places de parkings souterrains et une reconstruction qui n’en sera qu’un pastiche ?

Pourquoi ne pas avoir fait le choix de la conserver précieusement, la restaurer tout en respectant son panorama particulièrement remarquable dans un secteur aéré et ouvert malgré les transformations architecturales pas toujours heureuses de ces dernières années?

Nous sommes donc en attente de réponse de la part de la nouvelle équipe municipale qui s’était engagée lors de la campagne municipale de conserver scrupuleusement les bâtiments dits « remarquables » du PLU !

 

Voici une vue « d’artiste » du projet, comptant environ 75 appartements et 150 place de parking. Il faut souligner que la sortie du parking s’effectuera rue Dailly (un nouveau feu est il prévu ?) ce qui ajoutera encore de la circulation à une voie déjà saturée:

Discussion - One Comment
  1. A P

    Nov 28, 2014  at 22 h 27 min

    Saint-Cloud a pourtant le label « ville impériale », paie pour çà une cotisation annuelle de 2500 euros par an, et détruit sa dernière belle maison d’époque Napoléon III, quasiment un château ???

    C’est sur le site de la ville: http://www.saintcloud.fr/actualite?id=1520
    SAINT-CLOUD : VILLE IMPÉRIALE: En octobre 2011, la municipalité a adhéré à la marque « Ville Impériale », créee conjointement par les Villes de Saint-Cloud, Rueil-Malmaison, Compiègne et Fontainebleau.
    Valoriser, d’un point de vue touristique et culturel, l‘héritage napoléonien lié au Premier et au Second empire, tel est le but de cette marque créée il y a moins d’une année. Il faut dire qu’à Saint-Cloud cet héritage est très présent : avec l’église Saint-Clodoald érigée sous le Second empire par l’architecte Delarue, la maison du célèbre compositeur Charles Gounod datant du XIXe siècle, et bien sûr, le Domaine national, témoin d’une époque où le château de Saint-Cloud était un des lieux les plus en vue du pays.
    C’est pourquoi, forte de sa richesse napoléonienne et impériale, Saint-Cloud a rejoint le club très fermé des « Villes impériales » et présente d’ailleurs dans les collections permanentes du musée des Avelines de nombreuses pièces de cette époque. Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site Internet http://www.ville-imperiale.com

    Répondre

Leave a Comment