Grand Paris Express, le projet sur les rails : beaucoup d’inconvénients pour quelques avantages. | Saint-Cloud C'est Vous

Un nouveau métro automatique, le Grand Paris Express sera construit par la Société du Grand Paris (SGP).

La ligne 15 ouest, le tronçon de 20kms reliant Pont-de-Sèvres (92) à Saint-Denis Pleyel (93), verra la création de 9 nouvelles gares, toutes souterraines. Et Saint-Cloud sera l’une d’elles.

Pour notre secteur, le tracé pressenti depuis le Pt de Sèvres, passe en souterrain sous le Domaine national de Saint Cloud (DNSC) pour rejoindre cette nouvelle gare, située rue Dailly, en contrebas du Transilien, proche de l’ancienne gare de St Cloud, mais à 25 mètres de profondeur. Puis, le tracé continue sous la rue du Mont Valérien jusqu’à la nouvelle gare ‘Rueil Suresnes Mont Valérien’.

Les utilisateurs gagneront certes du temps de transport et les trajets pour Rueil et Nanterre, seront directs, sans correspondances.

Mais même avec un réseau souterrain, les nuisances générées impacteront la vie quotidienne des riverains.

Odeurs désagréables et bruits de soufflerie s’ajouteront aux pollutions actuelles.

Car tous les 800 mètres, devront obligatoirement être prévus, des puits de ventilation et de désenfumage, et d’accès de secours pour les pompiers, ouvrages mutualisés à deux fonctions dont l’emprise au sol sera de 20 mètres x 20 mètres soit l’équivalent de ‘2 terrains de tennis’ (source GPE octobre 2012).

Au total, 4 puits seraient faits entre le Pt de Sèvres et le Mont Valérien. Deux dans le DNSC, un en face du Pt des Trois Pierrots et le 4ème, dans le Jardin même des Tourneroches, dont la surface sera donc aussi amputée.

La pollution supplémentaire engendrée par l’air des puits, dans un site classé et dans un parc urbain, aura également un impact négatif pour toute la biodiversité.

Or, que ce projet préserve l’environnement vert nous parait essentiel, quand la capitale reçoit les chefs d’Etat du monde entier lors de la COP 21, pour s’accorder sur les mesures à prendre afin de limiter les effets du réchauffement climatique.

Ces poumons verts, intégrés au tissu urbain sont indispensables pour maintenir notre cadre de vie. Les arbres, en effet, contribuent à diminuer de près de 2 degrés la température ambiante et important aussi, ils absorbent les particules fines responsables des pollutions atmosphériques chroniques, de plus en plus régulières.

 

Alors, in fine, on peut questionner les réels avantages pour les clodoaldiens ?

Gageons que la majorité municipale sera combative pour préserver notre ville de tous ces bouleversements. Quant à nous, nous nous y engageons.

Leave a Comment